APF infos nationales - Page 3

  • Adoption du Projet Associatif "Pouvoir d'agir, pouvoir choisir" au Congrès de Montpellier 2018

    "Pouvoir d'agir, pouvoir choisir", le nouveau projet associatif succède officiellement à "Bouger les lignes ! Pour une société inclusive". Retour en chiffres sur ce moment essentiel pour la vie de notre association.

    Les adhérents ont adopté le projet associatif à une large majorité (96,89%). Ce texte qui sera le document phare de l'association jusqu'en 2023, nous invite nous, acteurs d’APF France handicap, nos structures, mais aussi tous ceux – partenaires, associations, citoyens engagés – qui partagent nos combats, à nous mobiliser autour de cinq axes stratégiques :

    • Rendre les droits effectifs
    • Etre acteur d’une société inclusive et solidaire
    • S’engager pour l’autonomie et l’autodétermination des personnes
    • Construire ensemble pour être plus forts
    • Renforcer notre dynamique participative

    Ces cinq axes, tous liés les uns aux autres, agissent ensemble et ont été co-construits par les acteurs de l’association.

  • « Un handicapé ne peut pas avoir accès à tout. »

    meurice-660x330.jpg

    Mercredi 6 juin, le journaliste chroniqueur Guillaume Meurice revenait sur le vote de la loi Élan. En interrogeant notamment trois députés sur ce passage de 100 % à 10 % de logements accessibles dans les immeubles neufs. Et sur les conséquences pour les personnes en situation de handicap. 

    Pas de bras, pas de toit”, “pas de jambes, pas de chambre”. Formules choc que celles de Guillaume Meurice dans son billet d’humeur/humour hier sur France Inter. Une façon de résumer l’article 18 de la loi Élan sur le logement. Les députés l’ont voté le même jour, approuvant ainsi le passage de 100 % à 10 % de logements accessibles dans les immeubles neufs.

    « On n’a jamais vu un immeuble avec 100 % d’handicapés. »

    Guillaume Meurice est allé à l’Assemblée nationale pour en interroger quelques-uns. Propos. Gilles Carrez, LR, juge qu’« il ne faut pas être intégristes ni dans un sens ni dans l’autre ». Philippe Vigier, UDI, répond pour sa part qu’« on n’a jamais vu un immeuble où il y a 100 % d’handicapés ».

    Et lorsque l’humoriste lui fait remarquer qu’avec la nouvelle loi une personne en situation de handicap ne pourra pas rendre visite à un ami valide, la réponse est au mieux déconcertante au pire discriminante. « Malheureusement un handicapé ne peut pas avoir accès à tout. »

  • Pas comme sur des roulettes

    34307220_1916407261723153_2481282579190251520_n.jpg

    Accès au logement : les députés votent la discrimination !

     

    La majorité de l'Assemblée nationale a adopté vendredi 1er juin l'article 18 qui prévoit de passer de 100% de logements neufs accessibles à seulement 10%.

    En dépit de la mobilisation de plusieurs groupes parlementaires transpartisans demandant le retrait de cette régression sociale et malgré de nombreuses rencontres et réunions d'APF France handicap avec le ministère au sujet du projet de loi ELAN, force est de constater que nous n'avons pas été entendus. L'adoption de cet article 18 est une décision irresponsable et contraire aux besoins des personnes en situation de handicap et des personnes âgées

     

    Aujourd'hui cette question fondamentale de l'accès au logement pour tous est entre les mains du Sénat. Nous demandons le retrait de l'article 18 pour rétablir le principe d'accessibilité universelle.

    juin 2017 : handicap priorité du quinquennat. Juin 2018 : discrimination d'accès au logement

    Et pourtant, Emmanuel Macron s'était engagé à faire du handicap une priorité de son quinquennat ! Ce recul est en totale incohérence avec d'autres politiques publiques (transformation de l'offre de services des personnes en situation de handicap, développemetn de l'habitat inclusif, de l'hospitalisation à domicile et en ambulatoire) ainsi qu'avec le vieillissement de la population (près d'un quart de la population française aura plus de 65 ans d'ici 10 ans selon l'INSEE).

     

    Le concept même de logement évolutif est source de discrimination indirecte. Car quel serait l'intérêt d'un bailleur privé ou social d'accueillir une personne en situation de handicap ou une personne avancée en âge sachant qu'il devra effectuer des travaux pour rendre le logement accessible ? 

     

    Enfin l'introduction de ce quota de logements accessibles est en contradiction avec la Convention de l'ONU relative au droit des personnes handicapées, pourtant ratifiée par la France en 2010. Sur ce point, APF France handicap et 6 autres associations et organisations ont déposé une réclamation collective pour faire condamner l'Etat français le 23 mai dernier.

     

    Nous dénonçons donc ce signal extrêmement négatif envoyé par le gouvernement aux personnes en situation de handicap et leurs familles. En juin 2017, le gouvernement avait officiellement communiqué "Handicap : priorité du quinquennat". Aujourd'huin nous constatons que c'est un tout autre choix qui est à l'oeuvre : la discrimination dans l'accès au logement !