APF infos nationales

  • Se jouer des obstacles avec Streetco !

    Se jouer des obstacles avec Streetco

    Obstacles permanents ou non, lieux accessibles, toilettes, arrêts de bus, places de parking sont répertoriés dans Streetco. Pour un parcours sans embûches.

    Lire la suite

  • Consultations majorées : quel impact sur votre porte-monnaie ?

    consultations-660x330.jpg

    À partir de demain, mercredi 1er novembre, vous allez payer plus cher certaines consultations médicales. Ces visites dites “complexes” ou “très complexes” à 46 € ou 60 € seront intégralement remboursées. Mais vous devrez avancer les frais sauf si vous êtes en ALD.

    Visite “complexe” chez un neurologue, un médecin de médecine physique et de réadaptation pour les patients cérébro-lésés, traumatisés médullaires ou avec des séquelles lourdes d’AVC : 46 € . Consultation “très complexe” comme une visite longue pour des patients atteints d’une pathologie neurodégénérative comme la sclérose en plaques ou la maladie d’Alzheimer : 60 €.

    Dès le 1er novembre, deux nouvelles tarifications pour ce type de consultations entrent en vigueur. Après le passage de la consultation de base chez un généraliste à 25 €, le 1er mai, voici donc de nouvelles revalorisations, conformément à un accord conclu il y a plus d’un an entre l’Assurance maladie et les syndicats de médecins libéraux.

    Des consultations remboursées en intégralité

    « Ces deux nouveaux tarifs ont pour objectif de prendre en compte la complexité de certaines consultations médicales particulières et de valoriser le temps plus important que les médecins doivent y consacrer », explique Aude Bourden, conseillère nationale santé à l’APF. Au total, ce sont 35 motifs de consultations qui ont été définis.

    « Mais si ces consultations seront entièrement remboursées (Assurance maladie + mutuelle), vous devrez néanmoins faire l’avance de la part complémentaire, ce qui n’est pas le cas lors des consultations courantes », poursuit Aude Bourden.

    Une avance de frais de 46 € ou 60 €

    Cas numéro 1 – Vous consultez un neurologue pour des séquelles lourdes d’AVC. La consultation sera à 46 €. L’Assurance maladie vous remboursera 70 % de ce tarif conventionnel, en retenant 1 € de participation forfaitaire soit 32, 20 € – 1 € = 31,20 € . Le ticket modérateur (ce qui reste à votre charge) sera de 30 % soit 13,80 € : il est en général couvert par votre complémentaire santé. Au total, vous aurez donc payé 1 €. Mais vous devrez avancer les 46 € de consultation et attendre votre remboursement.

    Cas numéro 2 – Vous consultez pour une pathologie neurodégénérative. La consultation sera à 60 €. L’Assurance maladie vous remboursera 70 % de ce tarif conventionnel, en retenant 1 € de participation forfaitaire soit 42 € – 1 € = 41 € . Le ticket modérateur (ce qui reste à votre charge) sera de 30 % soit 18 € pris en charge par votre complémentaire santé. Au total, vous aurez donc payé 1 €. Mais, là aussi, vous devrez avancer les 60 € et attendre votre remboursement.

    Les personnes en ALD (affection longue durée), prises en charge à 100 %, sont dispensées d’avance de frais. Idem pour celles bénéficiant de la CMU-C et de l’Aide à l’acquisition d’une complémentaire santé (ACS).

    Pour les patients ne bénéficiant pas d’une ALD, la dispense d’avance de frais sera soumise au bon vouloir du médecin. En effet, la généralisation du tiers payant qui devait entrer en vigueur le 30 novembre vient d’être repoussée. Ce qui risque d’aggraver les renoncements aux soins. Valérie Di Chiappari

  • AAH, pensions d’invalidité : Non au recul des droits et à l’aggravation de la précarité !

    LnOeZYMYgixwUgo-800x450-noPad.jpg

    Allocation adulte handicapé (AAH), pensions d’invalidité : une stagnation voire un inadmissible recul du pouvoir d’achat pour 500 000 personnes en situation de handicap ou atteintes de maladie invalidante s'annoncent !

    Ces dernières seront partiellement ou totalement exclues des avancées, encore timides et différées dans le temps, que constituent les revalorisations de l’AAH et de la prime d’activité annoncées récemment.

    Qui seront les principales victimes ?

     1. Les allocataires de l’AAH vivant en couple : pas de gain en pouvoir d’achat pour 230 000 personnes !

    Le gouvernement a décidé le gel du plafond de ressources appliqué au couple sans répercuter la hausse annoncée dans le plafond. Mécaniquement, les couples ne bénéficieront donc pas d’augmentation de leur pouvoir d’achat, ces nouveaux modes de calcul neutralisant la revalorisation.

     2.    Les bénéficiaires du complément de ressources : perte très significative de pouvoir d’achat ou très peu de gain pour 65 000 personnes !

    Le gouvernement prévoit la fusion des deux compléments d’AAH (majoration pour la vie autonome de 104,77 € / mois et complément de ressources de 179,31 € / mois). Cette fusion s’alignerait sur le montant le plus faible des deux. Les critères d’éligibilité à ces compléments étant différents, cette fusion entraînera au mieux un gain de pouvoir d’achat à la fin du quinquennat de 15 € / mois, au pire une perte de près de 90 € / mois (perte de la garantie de ressources, droit acquis de haute lutte en 2005).

     3.    Les personnes en emploi titulaires d’une pension d’invalidité : perte substantielle de pouvoir d’achat pour 250 000 personnes !

    Les pensions d’invalidité n’ont été revalorisées que de 1 % en quatre ans. Le gouvernement prévoit qu’à compter du 1er janvier 2018, la prime d’activité pour les salariés bénéficiant d’une pension d’invalidité sera supprimée soit une perte moyenne de pouvoir d’achat de 158 € / mois. 

    Sans compter les pensionnés d’invalidité qui ne peuvent travailler et les aidants percevant le dédommagement PCH qui sont actuellement assujettis à la CSG. Ces derniers seront impactés de plein fouet par son augmentation, sans qu’aucune compensation n’ait été prévue.

    Ces décisions inadmissibles, sont contradictoires avec les engagements du président de la République pour l’amélioration du pouvoir d’achat de TOUTES les personnes en situation de handicap.

    Ensemble, disons « Non au recul des droits, non à l’aggravation de la précarité des personnes en situation de handicap ou atteintes de maladie invalidante ! »

    Aidez-nous à demander au gouvernement la suppression de ces mesures qui mettent en grande difficulté des centaines de milliers de personnes en situation de handicap ou atteintes de maladie invalidante !

    Signez cette pétition !

    *L’AAH aujourd’hui = 810 € / mois.

    Seuil de pauvreté évalué par l’Insee = 1 008 € / mois.
    Le complément de ressources = 179,31 € / mois pour les bénéficiaires de l’AAH qui ont une capacité de travail inférieure à 5 % (a pour objectif de compenser l'absence durable de revenus d'activité des personnes handicapées dans l'incapacité de travailler.)
    La majoration pour la vie autonome (MVA) = 104,77 € / mois pour les bénéficiaires de l’AAH qui vivent dans un logement indépendant et perçoivent une APL (permet aux personnes en situation de handicap vivant dans un logement de faire face aux dépenses que cela implique).
    Sources : CAF, DREES