13/05/2017

"Douze millions de citoyens #Handicapés, ça mérite un vrai Ministère"

ZOaBvQuuMzDsNGp-800x450-noPad.jpg

"Douze millions de citoyens Handicapés, ça mérite un vrai ministère" avec un #Handi à sa tête ! C'est ce que déclare Philippe Croizon, aventurier amputé des 4 membres. Nous partageons son point de vue. 

Ras l'bol d'être représentés par un médecin, valide, à la tête d'un secrétariat d'état sans budget ni pouvoir ! 

Nous voulons un vrai "Ministère du Handicap" avec un ministre concerné et qui sait de quoi il parle !

Un médecin est là pour soigner les gens pas pour décider de la vie et l'avenir des Personnes Handicapées. 

Il faut nommer un Handi ministre des Handicapés avec un budget pour améliorer la vie et l'Accessibilité de nos citoyens ! 

 Tous concernés
- 12 millions de personnes en situation de handicap dont 5,5 millions de demandes auprès des MDPH
- une personne sur deux au cours de sa vie sera confrontée au handicap de façon ponctuelle ou définitive
- 80 % des handicaps sont invisibles
- 2 à 3 % des handicapés utilisent un fauteuil roulant
- 11.4 % des handicaps sont des déficiences sensorielles (auditives, visuelles, orales)
-45 % des handicaps sont liés à des maladies invalidantes
-20 % des handicaps sont liés à des troubles psychiques
-21 % de taux de chômage chez les personnes handicapées soit le double du taux de chômage national
-20000 enfants en situation de handicap sont sans situation de scolarisation
-11 millions d’aidants familiaux et professionnels

Le handicap revêt plusieurs thèmes sur lesquels des dysfonctionnements

graves apparaissent :

1) L’accessibilité :
- Plus de 40 ans que les gouvernements successifs se défaussent et offrent des dérogations (3, 6 et 9 ans) aux ERP, transports en commun, voiries, entreprises, bâtiments…

2) L’inclusion des enfants en situation de handicap :
- La scolarisation des enfants en situation de handicap en milieu scolaire ordinaire dès l’age de 3 ans doit être prioritaire ! Pour cela, il faut des postes d’AVS (Assistante de Vie Scolaire) et d’AESH (Accompagnement des Élèves en Situation de Handicap) en nombre suffisant afin que tous les élèves en situation de handicap aient une solution de scolarisation durable et à temps complet
- Pour les enfants en situation de handicap dont la santé ne permet pas d’être scolarisés en milieu ordinaire, il faut augmenter le nombre d’IME (Institut Médico Éducatif).


3) Ressources :
- Revaloriser l’AAH (Allocation Adulte Handicapé), aujourd’hui à 810,72€ de 200€ pour atteindre 1010,72€ afin que plus aucune personne en situation de handicap ne vive sous le seuil de pauvreté et indexer à l’inflation cette allocation
- Pour les personnes en situation de handicap vivant en couple, le calcul de l’AAH ne doit plus prendre en compte les revenus du conjoint afin qu’elles restent financièrement indépendantes


4) Améliorer le fonctionnement des MDPH (Maisons Départementales des Personnes Handicapées) sur tout le territoire :
- Une simplification des démarches et des dossiers de demandes MDPH est indispensable.
- En finir avec les délais de traitement des dossiers allant de 6 mois à 18 mois.


5) Emploi des personnes en situation de handicap
- Mettre en place un système de contrôles renforcés annuels et d’incitations pour permettre aux entreprises et administrations d’atteindre le quota prévu par la loi de 1987 de 6 % de personnes en situation de handicap.
- Renforcer le télétravail.
- Assurer une meilleure prise en compte des situations de handicap par notre système de retraite.


6) Soutenir les Aidants Proches par une meilleure reconnaissance
Pour cela, l’aidant proche doit avoir un statut de PARTENAIRE de l’aidant professionnel. Il faut permettre aux aidants, par un congé supplémentaire rémunéré et une aide humaine, d’avoir des moments de répits.

Pour toutes ces raisons qui prouvent la complexité du sujet du handicap il est indispensable qu’un Ministère du Handicap voit le jour au plus vite !
Ce Ministère devra travailler en étroite collaboration avec des personnes en situation de handicap (citoyens, professionnels, associations) qui sont les mieux placées pour connaître les dysfonctionnements de l’État et les solutions à apporter !

Pour une société future inclusive et tolérante !

Patients Électeurs

Allez sur le site Facebook APF 63 pour signer la pétition, MERCI.

11/03/2017

Semaine Nationale des Personnes Handicapées Physiques du 13 au 19 mars 2017

16998920_262505277522791_9013314653077227148_n.jpg

A l’occasion de la semaine nationale des personnes handicapées physiques, l’Association des Paralysés de France (APF) organise une opération de collecte de fonds, du 13 au 19 mars 2017, dans toute la France. Ces fonds permettront à l’APF de mener à bien des projets et actions de proximité afin de créer du lien social pour les personnes en situation de handicap.

Cette année, un nouveau mode de collecte est possible : le don par SMS ! Il suffit de taper « DON2 » ou « DON5 » au ...92 033 : 2€ ou 5€ seront prélevés sur la facture téléphonique du donateur et reversé aux délégations de l’APF qui organisent également des actions de proximité pour les personnes en situation de handicap.

L’APF invite donc le public à faire un geste solidaire, de proximité, lors de cette semaine sous la forme d’un don ou d’un achat, mais aussi en acceptant d’être bénévole lors de cette semaine de collecte de fonds.

Le résultat de la collecte de dons permettra aux délégations de l’APF de poursuivre et d’amplifier de nombreux projets pour lutter contre les discriminations dont sont victimes les personnes en situation de handicap : rompre l’isolement, favoriser l’accessibilité des lieux publics, développer l’accompagnement social, etc.

 

25/02/2017

Grand Corps Malade : « Derrière un type en fauteuil, il y a d’abord un être humain. »

 

 

Grand-corps-malade-Patients-660x330.jpg

Fabien Marsaud, le vrai patronyme de Grand Corps Malade, est resté longtemps discret sur le handicap, à l’exception d’une magnifique chanson baptisée 6e sens. En choisissant d’adapter au cinéma Patients, son récit-témoignage sorti en 2012, il propose sa vision du monde du handicap. Celui d’un centre de réadaptation fonctionnelle en banlieue parisienne, un « univers où tout le monde est en galère ». Rencontre avec Grand Corps Malade, Medhi Idir, son co-réalisateur, et Pablo Pauly, le comédien qui incarne Ben, le héros principal.

Faire Face : Vous avez tourné Patients dans un vrai établissement, le Centre de réadaptation de Coubert (Seine-et-Marne). Pourquoi ce choix ?

Grand Corps Malade : Le scénario, je l’ai écrit en ayant les images de ce centre puisque c’est là que j’ai vécu ma propre histoire il y a vingt ans. Au lieu de chercher à recréer ça en studio ou d’imaginer un lieu qui lui ressemblerait, on est allés sur place pour voir si le tournage était envisageable. La réponse a été positive donc on n’a pas hésité.

En plus, c’est un centre en activité. Tous les figurants sont de vrais patients. Ça donne un supplément d’âme au film. Nous avons dormi sur place, bu des coups ensemble, rigolé. Les comédiens se sont nourris de ces rencontres. On n’aurait jamais pu faire le même film ailleurs.

FF : Quel écueil principal guette celui qui réalise son premier film ?

G.C.M : Ce que nous voulions éviter à tout prix, de l’écriture du scénario jusqu’au montage, c’est le pathos. On n’est pas comme ça. On n’a pas envie de tirer la larme pour rien. Et puis ce milieu-là est tellement plein d’énergie, d’humour et d’autodérision que si nous n’étions pas parvenus à retranscrire tout ça, on aurait été à côté de la plaque.

FF : Les cinq comédiens qui interprètent les cinq personnages principaux sont tous valides. Pourquoi ne pas avoir inclus un ou deux comédiens handicapés ?

G.C.M : On n’avait pas d’a priori. Il se trouve que dans le casting, sur les 400 acteurs qu’on a vus, seuls trois étaient en fauteuil roulant. Il y a peu de comédiens handicapés et encore moins dans les profils qu’on cherchait. Ceux que nous avons gardés se sont imposés comme des évidences pour Mehdi et moi. Il n’y a jamais eu débat.

Medhi Idir : On cherchait de jeunes comédiens capables de chambrer, de se vanner. On a eu un peu plus de difficulté à trouver le comédien pour le personnage de Ben inspiré du jeune homme que Fabien était au moment de l’accident. On est tombés d’accord en voyant Pablo.

Ce qui est troublant, c’est que la ressemblance avec Fabien ne nous a pas frappés au moment du casting. C’est une fois qu’on a commencé à tourner qu’elle nous a sauté aux yeux.

Pas une chaîne de télé pour financer un film sur le handicap

FF : Est-ce plus facile quand on s’appelle Grand Corps Malade de convaincre des producteurs de vous suivre sur un film qui traite du handicap ?

G.C.M : Les producteurs (Mandarin Production) ont adoré le scénario. Ils nous ont suivis sur notre choix de ne pas prendre d’acteurs connus. Le financement a été plus compliqué. Aucune chaîne de télé hertzienne ne nous a soutenus en raison du sujet et de l’absence d’acteurs connus.

Patients-film-300x200.jpg

 

FF : Intouchables n’a donc pas ouvert la voie ?

G.C.M : Intouchables n’est pas un film sur le handicap. C’est plus un film sur la rencontre de deux mondes. Et puis il y a Omar Sy et François Cluzet en têtes d’affiche. Avec ces deux-là, on peut faire un film sur n’importe quel sujet, les gens vous suivent !

FF : Comment est venue l’idée de la chanson du film Espoir adapté ?

G.C.M : Il était convenu qu’on n’entendrait pas ma voix dans le film. Je ne voulais pas que ce soit juste mon histoire. Je voulais quelque chose de plus universel. Et puis je me suis laissé convaincre d’écrire une autre chanson sur le thème du handicap. C’est une manière de signer le film.

FF : Et vous Pablo, comment ressortez-vous d’un tel tournage ? Est-ce que ça a changé votre regard sur le handicap ?

P.P : Mon regard s’est précisé. J’ai compris qu’il y avait des choses plus importantes que de ne pas marcher. Retrouver les gestes du quotidien, comme se laver, s’habiller, manger représentent déjà des objectifs immenses. Je crois que je me plains sans doute un petit moins aussi !

Une projection au Centre Coubert chargée d’émotion

FF : Vous avez enchaîné les projections en avant-première dans la France entière ces dernières semaines. Vous avez aussi organisé une projection à Coubert. Était-ce la plus émouvante ?

M.I : Nous avons tourné pendant sept semaines là-bas. C’était effectivement chargé d’émotion de retourner dans ces lieux. Nous avons fait tourner énormément de personnes qui travaillent à Coubert, des patients, des familles de patients. C’était l’occasion qu’ils découvrent le film avant tout le monde. C’est un peu leur vie à l’écran.

FF : Pensez-vous que Patients parviendra à faire changer le regard des spectateurs sur le handicap ?

G.C.M : Je serais heureux si en croisant un type en fauteuil, certains se disent qu’il s’agit d’abord d’un être humain qui a vécu un drame et s’est battu. L’identité de quelqu’un ne doit pas être réduite à son handicap. Propos recueillis par Claudine Colozzi

Retrouvez la critique du film Patients en salles le 1er mars.

 

4 commentaires

  1.  

    Bonsoir mr voila je suis tres tres touché par vôtre une grande passion je suis moi même un grand malade incurable de mes huit mois la j’ai 53 j’aimerais vous voir pour un projet qui me trote dans ma tete pour une chanson merci

  2.  

    Merci GCM ou puis je me permettre Fabien d’avoir fait aboutir cette initiative sans manquer de courage et d’audace. Parois nous les malades ou handicapés il existe aussi des écrivains tout comme moi des peintres des musiciens des sculpteurs des sportifs des gens passionnés et capables de faire plein de choses. Cependant difficile de se faire connaitre afin de participer a une associations caritatives qu’elle qu’elle soit nous sommes depuis trop :longtemps étiquetés catalogués poussé et voir même reclus sur un banc de touches une voie de garage et ce qui nous amène très rapidement a une solitude un enfermement individuel et social qui s’installe très facilement. Pourtant nous tous avons des défauts des qualités comme les personnes valides et comme ils pourraient nous apprendre nous aussi nous pourrions échanger partager et cela serait simple à démontrer!! Alors a quand une vraie chance de se faire connaitre quand on a un don un talent??? Sommes nous si différents de ceux qui aujourd’hui sont bien portants et qui pourraient pourtant voir demain leur vie bouleversée même si loin de leur souhaiter du mal c’est malheureusement possible car nul n’est a l’abri ni d’un accident ni de la maladie. J’espère être entendu et avoir la possibilité de réveiller ne fut ce qu’une conscience, une âme une personne qui me réponde