06/04/2017

La programmation de « Culture dans tous les sens » est arrivée !

 

Une 9e édition qui va en découdre !

 

Affiche-Couverture-Lee-Voirien-web-203x300.jpg

 

La 9e édition du festival « Culture dans tous les sens » vous ouvre ses portes du 28 mars au 14 avril 2017 dans différents lieux de Clermont-Ferrand. Cette année, le festival a pour fil rouge, le tissu ! A cette occasion, retrouvez-nous Place de Jaude le samedi 1er avril à partir de 10h pour un patchwork géant !

Au gré des spectacles vivants, des ateliers, des expositions et des événements créés avec nos partenaires, venez partager avec nous ces moments créatifs et conviviaux. Une programmation éclectique pour satisfaire petits et grands ! 

Programme CDTLS 2017

En savoir plus sur leevoirien.fr

18/02/2017

Patients, un film tiré du livre "Patients" de Grand Corps Malade - Sortie le 1er mars 2017




23/01/2017

Philippe Croizon à l’arrivée du Dakar 2017

Philippe Croizon à l’arrivée du Dakar 2017

 

Encore un défi remporté à l’actif de Philippe Croizon. Après avoir traversé la Manche puis relié les continents à la nage en 2012, le sportif quadri-amputé vient de démontrer le 14 janvier que les exploits terrestres étaient, eux aussi, à sa portée. En effet, il est venu à bout des 8 800 km du parcours de l’édition 2017 du Dakar, se classant à une honorable 49e place finale.

Bien que conservant son nom d’origine, cette épreuve de course automobile ne se déroule plus sur le continent africain mais en Amérique du Sud (Argentine). Un exploit des plus retentissants à la lumière des péripéties rencontrées par Philippe Croizon.

Pannes mécaniques et aléas en tous genres

Philippe au volant de son buggy aménagé @ Dakarpress

Philippe au volant de son buggy aménagé

Bien qu’amputé des quatre membres et aidé d’un copilote valide, Cédric Duplé, c’est lui seul qui a conduit un buggy spécialement aménagé pendant les douze jours de course. Avec, à la clé, des soucis mécaniques à répétition. Avec aussi des problèmes de terrain : pluies torrentielles, coulées de boues, etc. Au final, rien ne lui aura été épargné. Ce que le sportif souligne : « Tous les jours, on a eu des galères sans nom. C’était tout le temps. On a fait trois journées marathon sans se laver, sans rien, à dormir à côté de la bagnole. »

Rude météo

Sans oublier des conditions climatiques d’une grande rudesse et diversité. Ainsi, Philippe Croizon aura été confronté au froid, à l’altitude (manque d’oxygène) et au chaud (il aura fait jusqu’à 66°C dans l’habitacle). Et que dire de ces 14 heures d’affilée passées dans le baquet, à mener son auto sur la piste ? En restant en permanence sur le qui-vive car « il ne faut pas que tu vides ton cerveau, il faut que tu sois concentré à 100 % tout le temps ».

Malgré tout, le sportif pourrait rempiler lors du Dakar 2018, assurant avoir déjà « deux ou trois pistes ». Histoire aussi pour cette personnalité impliquée dans la défense des droits des personnes handicapées, de démontrer encore une fois que le handicap n’est pas un frein.