• Les femmes en situation de handicap prennent la parole dans Marie Claire !

    Elles nous parlent de leur vécu, de leur quotidien et de l'isolement qu'elles peuvent subir, car quand on est en situation de handicap le confinement c'est toute l'année. Elles nous partagent aussi leurs coups de gueule et leurs attentes pour une société plus juste.

     "Le confinement, je connais."
     "La société nous met à part depuis toujours."
     "Nous avons le droit comme tout le monde de vivre, d'avoir une sexualité ou de sortir boire des verres le soir."
     "L'allocation adulte handicapé, qui est en dessous du Smic donc du seuil de pauvreté, est ridicule."

     Découvrez leurs témoignages https://bit.ly/3jYBWuV

    119019046_10164156349960707_588573260388763510_n.png

     

  • Mini nuit des Etoiles

    118835824_3242292002520219_2609245773684132113_o.jpg

  • Puce dans le cerveau d'un cochon: espoir pour la paraplégie?

    3264592116.jpg

    Permettre aux personnes paralysées de retrouver l'usage de leur corps, soigner la dépression ou encore les addictions... Telle est l'ambition de Neuralink et son PDG futuriste, Elon Musk. 1ère étape : implanter une puce dans le cerveau d'un cochon.

     

    Un pas de plus vers les interfaces homme-machine ? Elon Musk, via sa startup américaine Neuralink, a implanté une puce connectée dans le cerveau d'un cochon cobaye nommé Gertrude. Un prototype en vue de fabriquer celle qui permettra de redonner la parole et la mobilité aux personnes paralysées.

    Une pièce de monnaie dans le cerveau

    Alors que Gertrude fait les 400 pas sur un tapis roulant, le groin dans une mangeoire accrochée devant elle, la puce retransmet ses signaux neurologiques. L'ordinateur est alors capable de déterminer où se trouve chacun de ses membres et pourrait, ainsi, contourner les circuits de transmission endommagés et, dans l'absolu, permettre aux personnes paraplégiques de remarcher. « C'est comme une Fitbit (ndlr, une montre connectée) dans votre crâne », s'est enthousiasmé Elon Musk, le 28 août 2020, lors d'une conférence en ligne sur les progrès de son projet d'interface reliant le cerveau aux ordinateurs, qui suscite beaucoup de scepticisme dans la communauté scientifique. Un an plus tôt, l'entrepreneur fantasque présentait une puce dotée de fils ultrafins pouvant être implantés dans le cerveau par un robot. Le nouveau modèle, sans fil grâce à la technologie bluetooth, mesure 23 mm de diamètre et 8 mm d'épaisseur. « C'est comme une petite pièce de monnaie », précise-t-il.

    Retrouver l'usage complet de son corps

    Autre particularité : sa simplicité d'usage. En effet, elle devrait pouvoir être implantée dans le cerveau, sans nécessiter une nuit à l'hôpital et sans laisser de trace, si ce n'est une discrète cicatrice sous les cheveux. « En cas de lésion à la moelle épinière, on pourrait implanter une autre puce à l'endroit de la blessure, et contourner les circuits de transmission endommagés », envisage Elon Musk, se disant « certain » qu'à terme, « on pourra retrouver l'usage complet de son corps ». Un espoir majeur pour les personnes paraplégiques.

    Sauvegarder ses souvenirs, soigner la dépression...

    Si l'objectif est tout d'abord de traiter les maladies neurologiques, le PDG de Tesla et SpaceX rêve de mettre fin aux « douleurs extrêmes », de soigner la dépression ou encore les addictions. Sur le long terme, il envisage également la possibilité de doter le cerveau d'une « puissance informatique ». « Vous pourrez sauvegarder vos souvenirs et aussi, potentiellement, les télécharger dans un autre corps ou dans un robot », promet-il, évoquant un « futur bizarre ». Selon lui, cette petite puce ronde est censée nous permettre d'arriver à une symbiose avec l'intelligence artificielle. Il évoque aussi la possibilité de « communiquer des pensées brutes, non limitées par les langues humaines, de la télépathie non linguistique consensuelle et conceptuelle ». Le milliardaire a annoncé que Neuralink venait d'obtenir l'approbation des autorités sanitaires américaines pour des tests, sans préciser d'échéance pour les premières implantations humaines.